Les chiffres le démontrent : le taux d’emploi du côté de séniors est en hausse. Une bonne nouvelle pour les principaux concernés notamment, d’autant plus que cette croissance s’accompagne de la flexibilité des contrats de génération dans les PME. Toutefois, ces changements positifs dissimulent un point pas très avantageux pour les travailleurs appartement à cette tranche d’âge.

Hausse du taux d’emploi chez les seniors : ce qui ne change pas

Depuis près de 25 années, diverses mesures ont été adoptées pour enfin parvenir au résultat qui aujourd’hui démontre que le taux d’emploi des seniors est en hausse. Un taux qui frôle les 50%, but fixé par l’UE il y a ainsi près d’un quart de siècle. Les seniors étant ici définis comme appartenant à la tranche des 55-64 ans. Pour leur part, ces dispositions sont principalement l’allongement de la durée d’activité de cette catégorie de travailleurs, la nouvelle fixation à 62 ans de l’âge de retraite ou encore un maximum de 36 mois de chômage pour les plus de 50 ans. A cela s’ajoute l’application de la gestion des fins de carrière au sein des entreprises. Cependant, à ce niveau, l’augmentation du taux d’emploi des séniors ne semble pas régler tout : la formation des 50 ans et plus reste délaissée dans les entreprises. Un parcours et une fin de carrière insatisfaisants ne faisant alors que décourager les demandeurs de travail concernés et consolider leur taux de chômage. Des mobilités et une mise à niveau instantanée des compétences des seniors sont ainsi sollicitées afin que la hausse d’emploi de leur côté produise à long terme des effets positifs sur ce dernier.

L’assouplissement du contrat de génération crée une confusion

Outre de mieux gérer la fin de carrière des seniors, les entreprises sont invitées à revoir réétudier la question de l’assouplissement des contrats de génération, afin que le problème de hausse du chômage chez cette même catégorie de travailleurs soit atténuée. Certes, le Gouvernement a apporté plusieurs allégements à ce niveau. Néanmoins, force est de constater que le contrat de génération crée une certaine confusion surtout dans les TPE, favorisant à la fois l’embauche des jeunes et celles des seniors.